Une mère Malgache partage son expérience avec l’allergie aux protéines du lait de vache (#APLV) de son bébé

L’allergie aux protéines du lait de vache (APLV) est de plus en plus fréquente ces derniers temps, en particulier chez les nouveau-nés. Les statistiques dans certains pays développés estiment que 2% des nouveau-nés seront nés avec l’APLV. Et que 90% d’entre eux et plus le surmonteront à l’âge de 2 ou 3 ans. Notre source est un dépliant non divulgué d’un hôpital canadien, de sorte que les chiffres peuvent avoir changé au moment de l’édition de cet article.


L’histoire d’une maman Malgache et l’APLV de son fils

Melody, une maman malgache qui vit maintenant au Canada, nous a partagé son expérience de l’APLV de son bébé bébé allaité Liam. La première chose qu’elle a dit, c’est qu’à l’époque, elle ne savait pas grand-chose à propos de cette condition. Son bébé a été diagnostiqué à trois mois. Il faut dire que ce n’est pas une condition très connue chez les bébés malgaches. Déjà, les allergies en général sont moins fréquentes dans les pays en développement comme Madagascar. «C’était la première fois de ma vie que j’ai entendu parler de l’allergie aux protéines du lait. Je ne suis pas très familière avec le monde des allergies tout court», dit-elle. «La plupart des gens comme moi sont au courant de l’intolérance au lactose du lait et non de l’intolérance aux protéines. L’intolérance au lactose est envers le sucre dans le lait. Mais ce que mon fils avait était plutôt une intolérance envers la protéine du lait – la caséine».

Comment tout a commencé?

L’histoire de l’APLV de Melody et Liam a commencé quand ce dernier avait l’âge de sept semaines. La maman a remarqué un petit point rougeâtre dans la couche souillée de son fils. Les nouveaux parents sont connus comme des analyseurs de caca professionnel, et nous ne plaisontons qu’à moitié (!). Cela étant dit, Melody a vu deux autres de ces fameux points rouges dans la couche souillée suivante.

Naturellement, elle a mentionné ces trouvailles au pédiatre lors de la visite de routine le lendemain. Mais vous avez probablement deviné les réponses de celui-ci: « Attendons et observons! ». En fait, il n’y avait pas d’autres symptômes alarmants. Liam prenait du poids. Il était autrement en santé et heureux. Ainsi, le pédiatre a conseillé de revoir son cas à nouveau lors de la prochaine visite de routine deux semaines plus tard.

Le moment décisif

Environ une semaine après la visite au pédiatre, bébé Liam a commencé à pleurer chaque fois qu’il voulait faire caca. Melody se rappelle vivement de ces moments: «D’abord, il a pleuré avant de le faire. Plus tard, il commencerait à pleurer avant et continuait à pleurer pendant. C’était très difficile à regarder en tant que mère. Il souillait ses couches au moins cinq fois par jour en ces temps-là. Vous pouvez imaginer combien la situation était pénible pour nous deux ».

Une fois, après avoir poussé, crié et pleuré comme s’il voulait faire caca à nouveau, la couche de bébé ne présentait qu’une trace ronde de sang rouge vif d’environ 2 cm de diamètre… et pas de caca! On ne peut qu’imaginer la panique à la maison. Toute la famille, avec le mari, s’est précipitée à l’urgence de l’hôpital local pour enfants. Les médecins de l’urgence ont effectué des batteries de tests: test de parasites, différents dépistages de bactéries et de virus, etc. Bébé a été piqué ici et là, du sang a été prélevé, des écouvillons buccaux ont été performés. C’était comme une deuxième procédure de dépistage néonatal.

Toujours pas de réponse

Les résultats des tests ne seraient connus qu’une semaine ou plus dépendamment du test. Mais rien n’a été trouvé. Aucun docteur à l’hôpital ni le pédiatre habituel n’ont fait de diagnostic. Évidemment, quelque chose n’allait pas. Mais personne ne savait quoi exactement.

Melody a alors été référée à un spécialiste en gastroentérologie. Un rendez-vous a été fixé trois semaines plus tard. Entre-temps, bébé pleurait toujours et était toujours agité quand il faisait caca. Ses selles étaient toujours striés de sang-rouge vif, parfois moins et d’autres fois un peu plus.

Le moment de révélation

Le jour du rendez-vous chez la spécialiste, cette dernière avait juste besoin d’un coup d’œil sur les photos des selles apportées par Melody. Elle savait tout de suite que c’était un symptôme de l’APLV. Quand elle a pris connaissance deautres symptômes de Liam, elle était encore plus sûre de son diagnostic. Elle a même été témoin du tout puisque bébé a passé un énorme «numéro deux» lors de l’examen.

Et vient maintenant l’explication du spécialiste.

Le pourquoi

Si une mère, un papa, leurs parents respectifs, ou frères et sœurs ont une allergie, le bébé risque d’avoir une APLV. À quelle risque? Personne ne peut prédire à coup sûr … pour le moment. Dans le cas de Melody, le mari a une allergie au pollen. La grand-mère est allergique aux crabes. Et la tante a la fièvre des foins. L’un ou l’autre peut aider à expliquer l’APLV du bébé.

Le comment

Les causes exactes de l’APLV sont encore à peine déterminées. Mais les spécialistes sont maintenant assez familiers avec les symptômes pour pouvoir faire un diagnostic.

En utilisant les mots de la spécialiste Gastro: dans le cas de Liam, les molécules de protéines du lait sont trop grandes pour être absorbées au niveau du gros intestin. Ces molécules se forcent toutefois de se faire absorber. Le corps du bébé réagit alors et traite ces protéines comme des virus ou des ennemis essayant d’attaquer. Ça déclenche ainsi l’envoi d’anticorps au niveau des intestins. De plus, le fait que la couleur du sang retrouvé dans les selles soit rouge vif, signifie que son origine est proche de l’anus, et ne provient pas de l’intérieur plus profond du tube digestif comme l’estomac ou autre. L’APLV peut avoir différents types de symptômes. Dans ce cas-ci, il a attaqué le gros intestin ce qui cause les crampes abdominales et les selles teintées de sang.

Le traitement

Mélody a été conseillée de continuer ABSOLUMENT à allaiter (Ouais, le lait maternel n’est pas un produit laitier!). C’est une grande victoire pour elle puisque beaucoup de bébés diagnostiqué avec l’APLV seraient immédiatement convertis à une préparation non allergénique – parfois par manque de connaissances des spécialistes de la santé ou par nécessité. Melody avait « juste » besoin d’éviter tout aliment lié aux produits laitiers et au soja jusqu’à ce que son bébé tolère le lait de vache à nouveau. En fait, la protéine de soja a la même structure que la protéine du lait de vache, ce qui en fait un autre coupable. Il en est de même pour le lait de chèvre ou d’autres animaux. Les aliments transformés et les repas à emporter sont évidemment hors de question. Pouvez-vous croire que même le pain supposé ordinaire présente des traces de lait et / ou de soja?

Cela étant dit, le corps de maman détenait toujours des « mauvais » protéines consommées avant le régime sans produits laitiers et sans soja. D’apès la spécialiste en Gastro, il faudrait à son corps jusqu’à six semaines pour nettoyer toutes ces « mauvaises » protéines et ne plus les avoirs dans le lait maternel. Ainsi, bébé continuait à recevoir ceux-ci par le lait maternel pendant les cinq semaines et demi suivants. Il avait encore les mêmes crampes abdominales douloureuses et les selles sanglantes chaque fois que certaines de ces protéines entraient dans son système digestif. Tout ça jusqu’à un beau jour où tout cela était chose du passé.

Bébé présentait encore des taches de sang sur ses selles de temps en temps lorsque maman mangeait accidentellement quelque chose de douteux comme un repas chez un ami ou de la famille, etc.

Épilogue

À dix mois, le petit Liam a remporté haut la main son « défi laitier ». Le processus de réintroduction du lait a été mené avec le soutien d’un nutritionniste: d’abord du fromage, puis du yogourt et enfin du lait entier. Tous les symptômes ont disparu et tout va bien maintenant.

N’oubliez pas que cet article n’a aucune valeur médicale ni ne prétend donner des conseils. Son seul objectif est de partager une expérience réelle de maman et de bébé avec l’APLV sans aucune autre intention.

Cliquez ici pour plus d’articles non publiés sur Madagascar.

Vous pourriez aussi aimer...

Voyagiste Madagascar

Voyagiste Madagascar